Carnoux citoyenne, écologiste et solidaire

La transparence et la vie municipale
vécue par des élus et un collectif citoyen 
à Carnoux-en-Provence (13)

Blog d'action municipale

C'est l'histoire d'un village tranquille situé dans le département du Puy-de-Dome, Saint-Priest-Bramefant.

 

Ses habitants sont appelés, dit-on, les San-Priots et les San-Priotes. La commune est située à une altitude d'environ 300 mètres, un peu plus, mais à peu près comme Carnoux. Est-ce le seul point commun des deux villes ? Non. Car comme bien d'autres communes en France, Saint-Priest-Bramefant a connu, en 2017 une flambée du vote d'extrême droite aux élections présidentielles. Oh, bien modeste par rapport à Carnoux (52 %), mais 39 % quand-même, dans cette ville d'un peu moins de 1000 habitants qui ne connait ni réfugiés, ni insécurité majeure…

 

Le maire Eric Gold s'en est ému et a pensé qu'il était de son devoir de s'adresser à ses concitoyens. Il leur a donc écrit une lettre. Interrogé par France-Info, il précise : "Le but était de faire une lettre sur : 'c'est quoi le rôle de l'élu et c'est quoi le vivre ensemble'. Donc ce n'était pas du tout une lettre anti-FN. L'idée était de montrer aux gens que localement, il y avait une contradiction entre ce qu'ils vivaient au jour le jour et le vote FN. D'ailleurs, après ma lettre, j'ai été obligé de demander aux gendarmes quelles étaient les trois ou quatre faits divers importants et il a fallu remonter à deux ans. Globalement, il ne se passe rien ici. Franchement, un vote FN pour vouloir changer le monde... au contraire, il ne faut pas que le monde change ici. J'ai voulu montrer aussi que tous les gens qui se plaignaient et qui étaient frustrés étaient aussi quelquefois les premiers bénéficiaires du système", ajoute l'élu.

 

Le Maire de Saint-Priest précise aussi sa vision de sa citoyenneté de responsable municipal : "Le rôle de l'élu c'est aussi de tirer les gens vers le haut, d'amener les gens à réfléchir, on n'est pas là pour faire plaisir. Je pense que le rôle de l'élu n'est pas simplement de boucher des nids de poules sur les routes, il y a aussi ce rôle de pédagogie à avoir", justifie-t-il.

 

Visiblement, son action a été efficace. Lors des dernières élections régionales, le vote d'extrême droite est retombé à … 11 % dans sa ville.

 

Au-delà de l'attitude des maires, la comparaison avec Carnoux s'arrête là.

08/07/2021

[Vote RN] Quand un maire s'adresse directement à ses administrés...

Le Canard Enchaîné (10 mai 2017)

Les journalistes commentateurs se sont largement interrogés sur l'abstention lors des dernières élections locales. L'une des pistes de la désaffection des électeurs est la complexité, l'enchevêtrement des compétences des institutions locales qui amènerait une incompréhension des mécanismes décisionnels et des enjeux politiques.

 

Il faut dire que la coexistence ces communes, territoires, métropoles, départements, préfectures, régions, déroute celui qui voudrait s'y intéresser. Tous ont des compétences qui empiètent les unes sur les autres. Tous ont des modes complexes et différents d'élection. Tous ont les mêmes acteurs qui cumulent les responsabilités à différents niveaux.

 

Dans un livre publié en 2015, un "étranger de passage" fictif avait donné sa perception de cette jungle administrativo-politique locale. Nous reprenons ici ce texte. Qu'est-ce qui a changé en 6 ans ? Allez, on vous aide un peu : le seul changement est sur la photo ci-contre et c'est déjà beaucoup face à l'inertie locale...

 

JBx

13/07/2021

Quizz de l'été : qu'est-ce qui a changé dans la vie quotidienne

du citoyen métropolitain en 6 ans ?

 

  • Je viens de voir, dans le journal qui traine à la cafeteria, des pages de publicités contre la métropole. Marseille n’est pas déjà une métropole ?
  • Si, si, oui, c’est une métropole, mais là, c’est de l’organisation politique dont il s’agit.
  • Ah. Mais l’organisation de la métropole, elle existe déjà pourtant ? Sur ma carte de bus Transpass Métropole, il y a même le logo de Marseille-Provence-Métropole…
  • Non, Marseille-Provence-Métropole, ce n’est pas la métropole. C’est simplement quelques communes autour de Marseille.
  • Je vois. C’est Marseille et la Provence ?
  • Non, il y a le mot Provence, mais la Provence, c’est bien plus grand.
  • Dis, ce que tu me dis, c’est pas vrai. Regarde bien, sur la carte de bus, la RTM, c’est pas écrit « Régie des Transports Métropolitains », mais « Régie des Transports de … Marseille ». Les bus, c’est la ville de Marseille, donc ?
  • Non, c’est la métropole, enfin, je veux dire la communauté urbaine.
  • La communauté urbaine ?
  • Oui, la communauté urbaine, c’est MPM, Marseille-Provence-Métropole, quoi…
  • Donc, si je comprends bien le métro n’est pas métropolitain, ici ?
  • Non.
  • C’est drôle qu’un métro ne soit pas métropolitain, quand-même.
  • C’est comme ça. D’ailleurs le métro ne circule que dans la ville. Il ne va ni à Aubagne, ni à l’aéroport. C’est un métro de ville, mais qui n’est pas financé par la ville.
  • Marseille-Provence-Métropole, c’est la métropole, alors ?
  • Non, ce n’en est qu’un morceau. Aix et Aubagne sont en dehors.
  • Ah bon… MPM, c’est le bâtiment bleu à Saint-Just ?
  • Non, ça, c’est le Département.
  • Le Département ?
  • Le Département, ça englobe Aix, Martigues, La Ciotat, … Ca nous vient de la Révolution. Il fallait pouvoir faire un aller-retour à Marseille dans la journée à cheval.
  • A cheval ?
  • Oui, à cheval. Il n’y avait pas les voitures. Quoique, même avec la voiture, parfois aujourd’hui, il faut plus de temps qu’avec un cheval.
  • Et à quoi ça sert, le département ?
  • A aider les pauvres, le social, quoi ! Et puis il y a les pompiers.
  • Ah bon… Les marins pompiers sont départementaux ?
  • Non, non. A Marseille, ce sont des soldats, c’est l’Etat. Mais en dehors, c’est le Département.
  • Vous avez deux sortes de pompiers ici ?
  • Oui.
  • Alors le Département, c’est quoi ? L’opéra ?
  • Non, l’opéra, c’est la municipalité, la ville de Marseille.
  • C’est comme l’Université, qui dépend de la ville d’Aix et de la ville de Marseille ? C’est dans son nom.
  • Non l’Université, même si elle s’appelle Aix-Marseille, c’est l’Etat. Ça n’a rien à voir avec les villes.
  • OK. Alors, le Mucem, c’est comme l’Opéra, c’est la ville ?
  • Pas du tout, le Mucem est un musée d’Etat.
  • Et les écoles ?
  • Les écoles primaires, c’est les villes. Les collèges, c’est le Département. Et les lycées relèvent de la Région.
  • Ou la la… Et c’est quoi la différence entre les collèges et les lycées ? Chez nous c’est la même chose…
  • Ben, chez nous c’est différent.
  • Alors, dans le journal, cette page de pub « non à la métropole », c’est quoi ?
  • Ces sont des maires, c'est-à-dire les chefs des communes, qui ne veulent pas d’une métropole. Ils ont peur d’y perdre.
  • Mais la métropole elle existe, pourtant ? On peut pas la détruire quand-même ?
  • Non, je me suis mal exprimé. Ils ne veulent pas d’une organisation administrative au niveau de la métropole.
  • Oui, j’ai vu des banderoles sur la mairie à Aix. D’ailleurs il faut que j’y aille pour rencontrer quelqu’un à la fac. Je file. Ma carte RTM marche pour prendre le bus ?
  • Non, il t’en faut une autre. Le bus entre Aix et Marseille, c’est le Département.
  • Et le train ?
  • Non, le train, c’est la SNCF. En fait, c’est la Région, mais que pour les trains locaux, pas quand tu vas à Paris.
  • Ouh ! comme c’est compliqué ! Moi qui pensais que les Français étaient cartésiens… Pas très logique tout ça.
  • Non, pas très logique…

[Métropole] Retour en 2015 : Dialogue avec un étranger de passage...

Extrait de "Entre peur et raison, la métropole Aix-Marseille-Provence" (éditions de l'Aube, 2015)

Un entrefilet du journal La Provence du 21 juillet nous apprend que des « gens du voyage » se sont installés sur le stade de Carnoux pour une dizaine de jours. Pourquoi ces personnes se sont-elles installées sur ce terrain municipal ? La réglementation qui impose l'aménagement d'aires à cet effet est-elle respectée ? C'est effectivement bien là le problème...

 

La métropole Aix-Marseille-Provence est en fait la métropole française la plus en retard dans la construction d’aires d’accueil pour les gens du voyage. La loi Besson de 2000 rend pourtant obligatoire des dispositifs d’accueil dans toutes les communes de plus de 5 000 habitants. Carnoux est donc concernée depuis 21 ans.  

 

Pas plus que dans les communes avoisinantes, la Loi n’est respectée. Elle ne l’est pas plus aujourd’hui par la Métropole qui, suite à la Loi NOTRe de 2015 s’est vue transférer depuis le 1er janvier 2017 l’aménagement et la gestion des aires des gens du voyage. Les communes, puis la Métropole, sont donc dans l’illégalité depuis... l’année 2000.

 

La Métropole a d’ailleurs été sommée, en septembre 2019, par la Cour administrative d’appel de se mettre enfin en conformité avec la loi. Pour l’instant rien n’a avancé. Comme le rappelle le Cercle Progressiste Carnussien, « Sur l’ensemble de son territoire, la Métropole se vante de disposer désormais de 8 aires d’accueil totalisant 308 places, alors que le schéma départemental en prévoit 28 pour un total de 898 emplacements permanents, et ceci sans compter les trois terrains de grand passage toujours en attente. Un taux d’avancement ridiculement bas à l’échelle nationale où la moyenne s’établit plutôt autour de 77 % des objectifs fixés. ». Et comme le rappelle le journal La Provence du 21 juillet, « la Métropole, elle, avance posséder huit aires en fonction et mettre en œuvre cinq projets identifiés - dont un à La Ciotat. Et doit trouver encore sept lieux pour implanter de nouvelles aires. ». D’ici 20 ans ?

22/07/2021

21 ans après les exigences de la Loi, communes et métropole

restent dans l'illégalité face à leur obligation d'aménagement

d'aires d'accueil pour les "gens du voyage"

Qui sont ces Français qui vivent dans une caravane ? (3mn)
Insuffisantes, polluées : la honte des aires d'accueil (3mn)

Les gens du voyage installés sur le stade de Carnoux-en-Provence le 22/07/2021   (photo F.G.)

Pour une fois, le territoire de l’Est marseillais était plutôt en pointe puisque, en 2011, l’objectif de création d’une aire d’accueil de 50 places, destinée à satisfaire les obligations légales des communes de La Ciotat, Cassis, Carnoux et Roquefort-La Bédoule, paraissait plutôt bien engagé avec un projet déjà validé et bénéficiant d’un financement conséquent de la part de l’État.

 

Le seul petit problème est que, 10 ans plus tard, les choses en sont toujours exactement au même point et que la ville de Carnoux, comme la Métropole à qui elle a désormais délégué cette compétence, n’a toujours pas la moindre place d’accueil à offrir aux gens du voyage, en infraction totale avec ses obligations légales datant pourtant du 5 juillet 2000 !

 

Depuis 10 ans, le serpent de mer de l'aire d'accueil prévue à La Ciotat

C’est d’ailleurs ce dernier point qui sert de prétexte aux élus locaux pour faire traîner en longueur ce projet, enkysté dans les cartons depuis maintenant 20 ans. Pas question bien évidemment d’installer des habitations, même mobiles et temporaires, dans un tel lieu sans avoir procédé à un minimum de travaux de mise en sécurité des front rocheux qui l’entourent et sans s’être assuré que la pollution des sols, fruit d’une activité industrielle jamais contrôlée, n’est pas incompatible avec une telle reconversion. Un contexte idéal pour relancer à intervalles régulier et quand la pression se fait trop forte, quelques études sporadiques qui s’accumulent et permettent de gagner du temps…

 

Il faut dire que, du côté de l’Association nationale des gens du voyages citoyens, qui s’épuise à faire avancer le dossier depuis des années, l’emplacement retenu ne déclenche pas l’enthousiasme. Perdu dans un lieu éminemment hostile et bruyant, à 6 km de toute commodité et sans aucun transport en commun, on ne peut pas dire en effet que ce soit un site idéal pour favoriser la scolarisation des enfants et l’insertion professionnelle des parents…

 

Mais la Métropole qui est maître d’ouvrage de ce projet encalminé depuis des années et qu’elle vient seulement de ressortir des placards en 2019, met en avant la proximité avec les voies de circulation, idéal en effet pour des gens du voyage ! Emplacement réservé depuis 2006, il a fallu attendre 2012 pour qu’une convention soit signée entre les communes concernées et la SOLEAM afin de commencer à étudier la faisabilité du projet. Ce qui a permis de montrer que sa mise en œuvre exigeait de défricher 7 ha d’espace boisés classés avec leur lot d’espèces végétales à préserver, de quoi remiser dans les cartons le dossier jugé trop complexe et trop coûteux.

 

Si le sujet est brusquement revenu sur la table en septembre 2019, c’est simplement que la Métropole Aix-Marseille-Provence a été sommée par la Cour administrative d’appel de se mettre enfin en conformité avec la loi et d’ouvrir au moins certaines des aires d’accueil prévues depuis des années mais jamais réalisées. Sur l’ensemble de son territoire, la Métropole se vante de disposer désormais de 8 aires d’accueil totalisant 308 places, alors que le schéma départemental en prévoit 28 pour un total de 898 emplacements permanents, et ceci sans compter les trois terrains de grand passage toujours en attente. Un taux d’avancement ridiculement bas à l’échelle nationale où la moyenne s’établit plutôt autour de 77 % des objectifs fixés.

 

Dans un tel contexte et comme pour le logement social, les maires préfèrent se mettre délibérément hors la loi en ne respectant pas leurs obligations légales, quitte à employer la force publique pour chasser manu militari les gens du voyage lorsqu’ils font escale là où ils peuvent, faute d’aires d’accueil adaptées. Un bel exemple de délinquance en col blanc ?

Extrait de l'excellent article publié par le Cercle Progressiste Carnussien le 12 juillet 2021

Pour une fois, le territoire de l’Est marseillais était plutôt en pointe puisque, en 2011, l’objectif de création d’une aire d’accueil de 50 places, destinée à satisfaire les obligations légales des communes de La Ciotat, Cassis, Carnoux et Roquefort-La Bédoule, paraissait plutôt bien engagé avec un projet déjà validé et bénéficiant d’un financement conséquent de la part de l’État.

 

Le seul petit problème est que, 10 ans plus tard, les choses en sont toujours exactement au même point et que la ville de Carnoux, comme la Métropole à qui elle a désormais délégué cette compétence, n’a toujours pas la moindre place d’accueil à offrir aux gens du voyage, en infraction totale avec ses obligations légales datant pourtant du 5 juillet 2000 !

 

Vue aérienne de l’emplacement de la future aire d’accueil des gens du voyage de La Ciotat, admirablement située entre l’autoroute, la départementale et la voie ferrée, dans une ancienne carrière abandonnée, alors que l’on annonçait son ouverture imminente, à l’automne 2014 (photo© Richard Lopez / La Provence)

 

Le projet en question, qui avait été identifié dès 2002 dans le sillage du premier plan départemental, se situe au vallon de la Forge, dans un lieu encore plus pittoresque que celui de Saint-Menet, au cœur d’une ancienne carrière à ciel ouvert, un temps transformée en une casse automobile. Mal fermé par un antique portail rouillé en bordure de la route départementale 559 qui relie Cassis à La Ciotat, juste au dessus de la voie ferrée et en contrebas immédiat de l’autoroute et du péage de La Ciotat, le site est perdu en pleine nature, loin de toute habitation et largement exposé au risque de feu de forêt mais aussi aux éboulements rocheux des anciens fronts de taille.

 

Vue aérienne de l’emplacement de la future aire d’accueil des gens du voyage de La Ciotat, admirablement située entre l’autoroute, la départementale et la voie ferrée, dans une ancienne carrière abandonnée, alors que l’on annonçait son ouverture imminente, à l’automne 2014 (photo© Richard Lopez / La Provence)

Le site bucolique choisi pour la future aire d’accueil des gens du voyage à La Ciotat (source© Marsactu)

Des aires d'accueil concédées dans les pires endroits
  • Environ 300 000 Français sont considérés comme "gens du voyage"
  • C'est 0,5 % de la population française